index Galerie Ecole Ezaka Menu des réalisations Combattre la lèpre Présentation Histoire

Année

1988-99

2000-04

2005

2006

2007

2008

2009

2010

2011

2012

2014-15

2016

2017

2018

2019

20202021

2022

DCD

La joie traditionnelle pour marquer l’an nouveau


Le début d’année est l’occasion de belles festivités comme le montrent les quelques photos ci-dessous. Sous les filalaos de Belfort est organisé un grand pique-nique. Un zébu et des boissons sont offertes par un généreux donateur suisse.

Chants danses et bonne humeur marquent l’arrivée de l’an nouveau.























Mais, dès février une épidémie de chikungunya frappe tout le bassin de l’Océan Indien et n’épargne pas la région de la SAVA. Elle perturbe très fortement les activités de  tous. (très forte fièvre, parfois au-delà des 40° C, durant environ 3 jours). Cette fièvre est souvent suivie d'un érythème (éruption de boutons) et de courbatures très douloureuses, de vives douleurs des articulations clouent le malade au lit. Cette épidémie frappe toute la région et de nombreuses îles de l'océan indien.. La très grande majorité des habitants sont touchés et restent cloués au lit faibles et indisposés pendant plus d'un mois. La famine menace faute de pouvoir entretenir les cultures.

 Le chikungunya se transmet d'homme à homme par l'intermédiaire de moustiques du genre Aedes. (moustique tigre). Une fièvre élevée (supérieure à 38,5°C) apparaît brutalement, accompagnée de maux de tête, de courbatures ou de douleurs articulaires, qui peuvent être intenses, touchant principalement les extrémités des membres (poignets, chevilles, phalanges).













Du 14 au 15 mars 2007, le CYCLONE intense Indlala détruit à nouveau Antalaha et sa région. Avertis par le CALA du danger imminent, les habitants restent 3 jours calfeutrés dans la salle de classe devenue abris anti-cyclonique. A Jules village c'est dans la chapelle qu'un abris est trouvé. Tous les toits sont arrachés mais pas de pertes en vie humaine.




 < Les quais de la ville gardent la trace du passage de cette dépression.

Le centre ville également. >





Habituée à l’ombre de ce toit, la chèvre

a du se trouver un autre abris.






Des constructions traditionnelles, il ne reste pas grand chose qui tiennent debout !











Plus de pont

















Pour visionner plus, copiez le lien suivant et collez le dans votre navigateur.

Ensuite, suivez « Clément Radar » le reporter au pieds nus, habitant d’Antalaha passionné de video il a réalisé un film.

 https://francs6.quickconnect.to/mo/sharing/EnBlc10BJ



> Le 3 avril 2007 un nouveau cyclone nommé Jaya passe près d’Antalaha.
Heureusement sans perte en vie humaines mais d'énormes dégâts à nouveau.
C.A.L.A. Doit donner des consignes très stricts concernant l’hygiène.

Heureusement, des secours arrivent.


L’approvisionnement en eau potable est une nécessité primordiale.

Dans ces cas, le manque d’éducation sanitaire est un très sérieux handicap.





Plus tard, à Belfort village des cours de poterie sont dispensés par une professionnelle. Mais les débouchés sont minces. La population rurale n'a pas pour coutume de décorer son lieu de vie avec des plantes empotées.



> Monique, infirmière retraitée donne tout son temps et son savoir pour aider et former, soit notre infirmier, soit les institutrices, afin d’avoir une meilleure hygiène de la population locale.

Chaque jours il faut effectuer des petits soins tels que couper les ongles soigner les bobos, se laver les mains avant de passer à table ou après toutes activités.  Il faut également inculquer les bases de l’hygiène corporelle, utiliser les locaux à disposition et ne pas aller au bord de mer selon la tradition pour satisfaire ses besoins naturels.

Les soins de base envers les anciens Hanseniens et tous les enfants venant des alentours constituent son quotidien. Elle participe aux campagne de vaccination.



 




> En juillet et août c'est "les joyeuses colonies de vacances".

Avec, dans un premier temps comme animateurs, Nathalie et ses enfants. Jeux spectacles chants et danses ont marqués cette période. Puis arrivent à l'improviste Stéphanie et Régis.

Motivés ils ont animé une nouvelle "colo" à caractère sportif en août sur le thème d'actualité "Jeux des Iles".


Pour la première fois de leur vie les villageois ont organisé et participé à un feu de camp.








> Début septembre 2007 c'est la rentrée scolaire. L’école de Belfort village ouvre une nouvelle classe. Avec l'aide de Solène, une jeune bénévole de Genève, un Cours Élémentaire, est ouverte.

 L'école accueille maintenant 180 élèves répartis
 dans 5 classes.





Solène est toujours disponible pour toutes les activités annexes à l’école telles que :
Goûter improvisé, animation des jeux, théâtre ou musique.


Soutien pédagogique.









> 24 octobre 2007, visite peu ordinaire. Laeticia Hallyday, ambassadrice de l'UNICEF demande de modifier son programme pour visiter les enfants du village des anciens malades de la lèpre.


Toute de grâce et de bienveillance une annotation est inscrite dans le livre d'or.




Comme tous les visiteurs Laeticia plante un arbre (bois de rose) pour marquer son passage. Bien que, improvisée en dernière minute cette visite laisse une trace irradiante.





Peu de temps s'écoule avant que la vie des villageois et des enfants de l'école ne soit marquée par un drame.

> Mercredi 14 novembre. Drame à Belfort

En se rendant aux champs avec ses parents , Gafilo, un garçon âgé de trois ans, né pendant le passage du cyclone de même nom, a été fauché par une voiture roulant à très vive allure sur la route nouvellement goudronnée.


Emmené à l'hôpital, il n'a malheureusement pas survécu à ses nombreuses blessures et un important traumatisme crânien. Un sourire s'est éteint et nous ferons tout notre possible pour sensibiliser la population, les enfants et leurs parents, aux dangers de la route nouvelle.

Les villageois n'ont pas conscience des dangers de la route puisque celle-ci n'est bitumée que depuis deux ans à peine.


Suite aux demandes multiples du CALA des "ralentisseurs" (très symboliques) ont été posés sur le bitume à la hauteur du village et de son école..

Mais pour tous les chauffeurs (taxis ou privés) c'est la découverte de la vitesse. Jamais auparavant ils n'avaient conduit sur une route bitumée - et sans "nids de poules".

Tous sont habitués à d’autres conditions jusqu’à ce jour.


Ci dessous, les conditions « habituelles » !!






> 2007 une année marquante

Assiettes et services du

 pique niqueur

Cuisson sous les filaos

les 14 et 15 mars le cyclone INDLALA ravage Antalaha et sa campagne

La station météo !

Cliquez ici, pour suivre les événements du côté de Jules  village

Ci dessous, suivont les événements du côté de Belfort village