index Menu des réalisations Projet 2016 Actualités Combattre la lèpre Présentation Histoire Galerie Ecole Ezaka index

> Combattre la lèpre - Présentation

Maladie de la pauvreté

Le traitement existant guérit totalement les malades en douze mois. Mise au point au début des années 1980, la polychimiothérapie associant trois antibiotiques (dapsone, rifampicine et clofazimine) est proposée gratuitement depuis 1995 par l'intermédiaire de l'OMS, avec le soutien financier du laboratoire Novartis depuis 2000. Encore faut-il que le médicament soit délivré à temps, c'est-à-dire avant que l'évolution de la maladie n'ait causé des dommages irréversibles. C'est pourquoi les ONG investies dans la lutte contre cette maladie, comme la Fondation Raoul Follereau, ainsi que toutes les fondations impliquées, mettent particulièrement l'accent sur l'amélioration du dépistage.

Qu’est ce que la lèpre ?

La lèpre est une maladie infectieuse chronique chez l’homme qui affecte principalement la peau, les muqueuses et les nerfs, dont elle provoque la dégénérescence. Cela se traduit par l’apparition de taches insensibles sur la peau. Peu à peu, les muscles des mains se crispent et se paralysent, comme ceux des paupières, ce qui peut entraîner la cécité chez grand nombre des victimes.

Résumé filmé (infos médicales TV Française):

La lèpre n’est pas une maladie extrêmement contagieuse, elle est transmise par des gouttelettes d’origine buccale ou nasale, lors de contacts étroits et fréquents avec un sujet infecté et non traité.

Le bacille de la lèpre a été identifié en 1874 par le Norvégien Gerhard Henrick Armauer Hansen. Malheureusement, la lèpre continue à faire de nombreuses victimes aujourd’hui. Chaque année, il y a 500 000 cas dépistés et cela quels que soient le milieu et les conditions de vie des malades.

Malgré des efforts intenses de lutte contre cette maladie, il est difficile de venir à bout de la lèpre car la période d’incubation n’est pas perceptible, ainsi la transmission du virus n’est pas toujours décelée à temps. Il faut ajouter à cela que le malade atteint de la lèpre est encore trop souvent mis à l’écart de la société.

Comment se soigner ?

Peu de gens le savent, mais la lèpre est pourtant guérissable. Une formation minimale suffit pour diagnostiquer la lèpre d'après les seuls signes cliniques. Il a fallu aux chercheurs plus d’un siècle pour mettre au point un traitement antibiotique capable de soigner cette maladie. Une fois que le diagnostic est établi, le patient peut désormais débuter le traitement. En effet, un groupe de travail de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) a recommandé la polychimiothérapie (PCT) en 1981. Celle-ci comprend trois médicaments : la dapsone, la rifampicine et la clofazimine. Cette association médicamenteuse détruit l'agent pathogène et guérit le malade.

(Cliquez pour écouter Dr Noro)

La PCT est sûre, efficace et facile à administrer sur le terrain. Tous les patients peuvent se la procurer sous la forme de traitements d’un mois conditionnés en plaquettes thermosoudées très pratiques.

Novartis et la Fondation Novartis pour le développement durable mettent la PCT gratuitement à la disposition de tous les sujets atteints dans le monde. La PCT est fournie aux pays en quantité suffisante, par l’intermédiaire de l’OMS, pour le traitement de tous les cas de lèpre diagnostiqués.

Qui est touché par cette maladie ?

Le bacille s’installe dans les organismes affaiblis. L’aggravation de la pauvreté dans les pays d’endémie, tel que Madagascar, est une cause de contagion, surtout quand le dépistage est interrompu par l’insécurité et l’enclavement. L’image sociale de la maladie contribue également au retard du recensement des malades et favorise l’extension de la lèpre. Dépister les malades demande un effort soutenu par l’éducation sanitaire. Mais, la honte et les préjugés concernant la lèpre empêchent encore trop souvent ceux qui craignent d’avoir la lèpre, de se soumettre à un test.